LE MEURTRE

Le crime de meurtre est prévu et sanctionné par l’article 221-1 du code pénal :

« Le fait de donner volontairement la mort à autrui constitue un meurtre. Il est puni de trente ans de réclusion criminelle ».

Maître Knafou, avocat spécialisé en droit pénal, défend les personnes accusées de meurtre. 

1.     La condition préalable du crime de meurtre

Le meurtre doit être dirigé contre autrui.

Autrui doit être :

·       un être humain ;

·       différent de l’agent lui-même (le suicide n'est pas pénalement répréhensible) ;

·       préexistant au meurtre c’est à dire un être humain déjà né et vivant (un cadavre ou un fœtus ne saurait constituer « autrui »). 

2.     L’élément matériel du crime de meurtre

a.     Un acte positif de violence

L’acte positif de violence ne doit pas être une omission.

b.     La mort de la victime

Le meurtre est une infraction matérielle qui implique que la victime soit décédée.

c.     Un lien de causalité entre l’acte positif de violence et la mort

Le lien de causalité fait défaut lorsque la victime d'un acte positif de violence décède par l'effet d'une maladie préexistante.  

3.     L’élément moral du crime de meurtre

a.     La volonté de réaliser l’acte à l’origine de la mort

S’il n’y a pas la volonté de réaliser l’acte à l’origine de la mort il s’agira d’un homicide involontaire.

b.     La volonté de donner la mort

S’il n’y a pas la volonté de donner la mort il s’agira de violences ayant entrainé la mort sans intention de la donner.